Les femmes dans la diplomatie [en]

PNG
À l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, le ministère des Affaires étrangères et du Développement international vous propose de découvrir l’évolution historique du rôle des femmes dans la diplomatie européenne et française.

Il faut attendre le début du XXe siècle pour que les femmes fassent leur entrée officielle dans la diplomatie. La toute première femme ambassadrice est russe. Il s’agit d’Alexandra Kollontaï qui est appelée à représenter l’URSS en Norvège en 1923.

En France, les avancées se font progressivement. En 1914, le ministère des Affaires étrangères compte seulement quelques femmes dactylographes. En 1928, le concours d’entrée s’ouvre aux femmes, mais avec deux restrictions : celles-ci ne sont pas encore autorisées à partir en poste à l’étranger et toutes les directions de l’administration centrale ne leur sont pas ouvertes. Suzanne Borel est la première femme à réussir le concours en 1930 et à devenir diplomate.

Dans les années 1970, des femmes accèdent aux plus hautes fonctions d’encadrement  : en 1972, Marcelle Campana est nommée ambassadrice au Panama puis, en 1986, Isabelle Renouard devient la première femme directrice en administration centrale.

Après la nomination de Marcelle Campana, le nombre de femmes occupant des postes d’ambassadeur a augmenté lentement. Il y avait trois femmes ambassadrices en 1982, seize en 2002 et on en compte aujourd’hui 49 (sur un total de 197, au 23 février 2017).

Les femmes ont su se faire une place au sein de la diplomatie française au fil des années et sont aujourd’hui aux avants postes pour représenter la France dans le monde entier.

Dernière modification : 12/03/2019

Haut de page